Défi-raid windfoil Toulon

Défi-raid windfoil Toulon

Le 9 Nov, l’AFWF organise un raid windfoil au départ du Yacht Club de Toulon. Cette organisation a pour objectif de tirer profit des capacités du foil pour vous permettre de réaliser un parcours hors du commun, et difficilement réalisable en solo. Vous allez découvrir la rade de Toulon et naviguer au large de Porquerolles et du Cap Sicié. Une expérience inédite à ne pas râter !

Inscrits enregistrés

  • Colin De Seroux
  • Gautier Guichard
  • Franck Limonier
  • Marc-Andre Doudaud
  • Eric Collard
  • Titouan Prud’homme
  • Thierry Kostka
  • Frédéric Prades
  • Benoit Marignac
  • Corentin Lory
  • Benjamin Poitou
  • Nicolas Huguet

Parcours

2 parcours possibles en fonction de l’orientation du vent. Il va sans dire que les parcours seront éventuellement adaptés le jour même en fonction des conditions météo.

Parcours par vent de Sud-Est
Parcours par vent d’Ouest

Le Raid vu de l’intérieur

Arrivés à Toulon, les conditions météo étaient fraiches mais peu ventées. John nous annonce une 10aine de knt moyens sur la baie, avec un poil plus de pression dehors, et des prévisions faibles … tout le monde grée ce qu’il a de plus gros (entre 7,8 et 9m) avant que le vent ne tombe complètement.

Ça grée gros … de peur de se faire 20km à la rame
Antoine est de la partie … pour l’échauffement

Ça, c’était juste pour que l’on prenne le temps de manger .. avec un peu d’excès (merci Fred pour les excellentes pizza et quiches).

Préparation mentale

A 12h30, le vent d’ouest repars tranquillement. Un rapide briefing avec les 12 participants, auxquels se sont joint notre pote Antoine et le père de Gautier, puis tout le monde se prépare pour un grand moment de plaisir.

La minute sérieuse .. histoire de ne perdre personne en route

On, se dépêche d’aller à l’eau car on a 2 ou 3 km à boucler, de jours si possible ;).

Dès la digue du YCT passée, pas besoin de pomper, ça part direct … on aurait dû se douter de quelque chose dès ce moment. Bref, ça vole nickel dans la baie, le plan d’eau est idéal, et on s’échauffe avec des bonne bouffes à 15kn.

Echauffement
L’escadrille Severne
Colin ne fait las semblant … jamais
Tout en décontraction

Les 9m, on les sent bien dans les mains, mais le temps est magnifique alors on profite de la présence de Gilles pour faire des photos en escadrille. Au bout de 30mn, John ramène notre super photographe au bord car il a d’autres obligations, puis nous rejoins.

On se cale devant la digue du YCT pour regrouper tout le monde, et John donne le top départ.

Passage du Cap Cepet

Votre mission si vous l’acceptez, suivre de zod qui ouvre la marche en direction du Cap Cepet à extrémité Est de la presqu’il de ST Mandrier. Plus on avance dans la rade, plus le vent forci, mais j’imagine que c’est un effet de côte. On passe la pointe avec un vent un peu faiblissant, mais derrière, le vent prend des tours, et on entre dans une mer hachée avec de belles marches d’escalier. Les premières 100aines de mètres sont rudes, le temps de s’habituer. On serre le vent autant que possible, face à la houle qui grossi mais qui s’organise au fur et à mesure que l’on progresse. Ca devient vraiment physique, mais un coup d’oeil tout autour : tout le monde tient bon et on trace en pleine mer, aux côtés du bateau de John.

Les distances entre nous tous commencent à s’allonger mais on reste tous à vue, conformément à la consigne de John. Le paysage est grandiose ! On est à 3km de la presqu’île, au près serré face à une houle de plus de 1m, avec une 20aine de knt en rafale, et tous grande toile. Je ne suis pas devant mais je prends alors l’initiative de virer pour nous rapprocher de la côte, en espérant que tout le monde suive car il ne s’agit pas de s’éparpiller dans de telles conditions. Finalement, tout le monde fini par en faire autant, on a fait encore 2 bords avant que John, ne nous stope pour nous regrouper.

Pause regroupement

Après une petite vérification que tout le monde est ok, et finalement très peu d’attente, signe d’un niveau assez homogène, on repart pour cette remonté au vent très sportive en direction des rochers des 2 frères qui sont désormais visibles contre la falaise du Cap Sicié.

Remontée vers le Cap Sicié

On est désormais 4-5km au large des Sablettes, et plus on s’approche du Cap Sicié, plus le vent monte. La sensation est incroyable : ces 10 voiles taquet au près dans la houle, avec le soleil qui rebondit sur la crête des vagues, et les falaises du Cap au loin !! Après 4 bords, les premiers s’approchent du Cap dans un vent très perturbé. Je suis bord à bord avec Benoit, et on se regarde en pensant tous les 2 à la même chose : « c’est chaud, là, et qu’est ce qu’on va prendre à la descente ! « 

Les 2 frères … avec un vent un peu perturbé

Petit à petit, tout le monde arrive autour des rochers des 2 frères, cette fois à l’abri de la houle. Les uns et les autres, on fait une tentative de se rapprocher pour voir si on peut passer entre les rochers et la côté, mais le vent est infernal. Ca passe de 0 à 25 knt, avec plus de 45° de changement de direction… tout ça en 9m … ça ne parait pas une bonne idée ! Au final tout le monde laisse tomber et on se regroupe autour du bateau de John pour souffler et faire un point. J’avoue qu’à ce moment là, j’appréhende la suite car le physique en a déjà pris un coup, mais le fait d’être tous ensemble, ça rassure, et le paysage juste magique fait oublier les conditions un peu musclées. John propose de tirer vers la côte pour revenir dans une zone où la houle est moins grosse, et nous donne un cap visuel avec les grands bâtiments situés avant le cap Cepet.

Descente 1ere partie
Go go go
Surf attitude pour Colin et Corentin

C’est reparti ! On abat en grand pour ne pas prendre de vitesse, à la limite du vent arrière. J’essaye de rester en surf sur la houle pour ne pas sortir l’aile de l’eau, en mode cool, quand je vois Nico et Franck border et partir taquet à mach 12 dans le chantier. Visiblement, ils ont l’habitude ! J’essaye de les suivre, mais rattraper la houle n’est pas si évident car la hauteur des marches est très inégales. Une première fois, je fais une faute d’inattention en franchissant un mur de 1m et je sors l’aile de l’eau. Sanction immédiate avec un bel en-avant. Ca réveille car avec la fatigue, il ne fait pas chaud en 3/2. Je m’épuise un peu à sortir la 9m de l’eau, mais c’est reparti.

Attention à bien rester dans l’eau

On prend pas mal de vitesse au surf ! Je vois les autres qui sont aussi taquet, tous à une 100aine de m, chacun sur sa trajectoire , et ça file vers Cepet. Au passage, je me prends encore une ou 2 boites dès que je ne regarde plus devant moi … promis, il va falloir être plus concentré 🙂 John fini par nous arrêter un peu avant Cepet pour regrouper tout le monde. On en profite pour souffler un peu. A voir les visages, il y a un mélange de plaisir intense, et de signes de fatigue 🙂 Thierry décide de s’arrêter là, et de filer vers le club en rentrant direct dans la baie. Avec les autres, on continue notre virée.

Descente 2eme partie

John nous donne un nouveau cap vers les falaises rouges de la Batterie de Carqueiranne : on va traverser au large de la rade de Toulon. Cette fois, la houle et un peu plus organisée et de mon côté, je fais un peu plus attention. On file un bon moment en surfant aux côté du bateau.

Tient, une bouée 😉

La sensation est incroyable avec la vitesse et la douceur de cette glisse de fou, les potes à quelques 10aines de mètres, le paysage grandiose, le soleil … Nico est toujours loin devant, avec une vitesse incroyable, mais on a bien compris qu’il fallait le laisser faire !

Le déhanché de Coilin

Dans les rafales, on abat autant qu’on peut, et on re-loffe légèrement dans les molles pour reprendre de l’appui. Ca mollit légèrement en arrivant devant Carqueiranne, où john nous attend pour une petite pause. On discute de la suite, et on décide au final de zapper l’aller retour vers les Fourmigues car il reste encore un bon bout de remontée au vent, et on ne veut pas être piégé si le vent cale. Pendant ce temps là, Nico, fidèle à lui même, nous done une leçon de re-étarqauge de la 9m en pleine mer, avec la voile dans une main, la planche dans l’autre, et le pied de mat sous le bras. Avec 10% de ça, nous, on aurait perdu le gréement et un poumon … on n’a pas le même niveau mais c’est beau à voir 🙂

Remontée jusqu’au Cap Brun

On repart donc au près au large du Pradet vers le quartier de Ste Marguerite. En partant à terre, la houle se transforme en clapot, mais le vent reprend des tours pour revenir autour des 20 knt dans la baie. Après 2 grands bords, on se regroupe devant le Cap Brun pour se regrouper. On en a tous plein les bottes, mais c’est tellement bon, qu’on décide de continuer en remontant jusqu’au fond de la rade. Malgré le vent soutenu en regard de nos voiles, ça nous parait maintenant facile avec un plan d’eau tout plat. On exploite toute la largeur de la rade pour remonter en 2 bords jusqu’à la grande digue du port. Quel pied !

Le fond de rade
C’est facile …. sur le plat
Synchro-jibe pour Corentin et Benoit

Arrivés devant la digue, John encre son bateau et on se fait une série de petits bords et de jibe autour du bateau, jusqu’à n’en plus pouvoir. Pour le fun, John lance alors une procédure de 3mn pour un top départ plein largue vers le club. Malgré la fatigue, tout le monde passe la ligne taquet en vol au 0′ pour abattre en grand, et on suit la fusée Nico.

Top départ

Je suis pile dans son axe à une 20aine de mètre, et j’ai l’impression de voir le foil fumer avec la gerbe de bord de fuite. L’image est saisissante. Avec le plan d’eau ultra pat, cette descente parait trop courte.

Bientôt le repos

Un gros coup de lof devant la digue du YCT et on rentre sur la lancée dans l’anse Tabarly où le vent est proche de 0. Ca y est, c’est fait, on est rincés mais quel bonheur, 72km au compteur … soit presque 2 marches de Défi Wind sans arrêt et dans la houle.

Last run
Apéro Time

Cette superbe journée se finira par une bonne bière et un gros gouter car notre petite navigation nous a ouvert l’appétit. Ben oui, faut pas se laisser aller, et pour être honnête, ce sont ces moments de convivialité qui font tout l’intérêt le l’association.
Un énorme merci au YCT pour l’accueil, à John pour la maîtrise de la sécurité et sa gentillesse, à Gilles pour les magnifiques photos, et à tous les participants pour leur comportement exemplaire. La prochaine fois, on embarque un photographe sur toute la longueur car il y avait vraiment des instants magiques à saisir, que l’on ne gardera que dans nos yeux pour cette fois.

Toutes les images

Cet article a 5 commentaires

  1. Ça avait l’air super. Peut être un poil trop élitiste, car tout le monde ne peut pas tenir une 9m dans 20 nds. Il en faudra pour tout le monde.

    1. Salut Philippe. perso j’etais en 7.6 avec mes 57 ans et ca l’a fait. Apres 3h de nav j’etais rincé mais c’etait une journée exceptionnelle ! Certes il y avait avec nous 1 pro ancien champion du monde de raceboard 2005 et entraineur national, le champion de France junior mais les autres etaient des amateurs comme moi… et il me semble que je n’etais pas le plus agé…n’est ce pas Franck ? . Il falait remonter au vent correctement et descendre la houle mais nous avions des check points toutes les 10 à 15 mn et la flotte attendait les retardataires. Au final une super journée que nous nous depecherons de reproduire dès le primtemps prochain. Avis aux amateurs !!

  2. Assez d’accord avec toi Philippe et sur 37 bornes… Pas certain que communiquer avec cette première manifestation soit à même de rassembler bon nombre de pratiquant au sein de l’assos; mais je me trompe surement.
    Des anciens compétiteurs , des toujours compétiteurs , des pro du secteur, les membres lamda « amateur » mais qui naviguent beaucoup grâce à une activité professionnelle qui leur laisse pas mal de temps de libre, pas sûr que cela soit le profil du foiler moyen. Long vie à votre assos; chez nous on affine la création notre futur Windfoil Zone sur le terrain notre club; ça va être cool avec petit raid en prévision freeride, pique nique et bonne humeur et pas trop long 🙂

    1. Bonjour Jerôme
      Comme je l’avais précisé dans la fiche d’évènement, et dans le compte rendu, la vocation de l’AFWF est d’organiser toute sorte d’évènements autour du windfoil. Il y en aura pour tous les gouts, de l’initiation comme j’ai fait à 3 reprises cet été, aux défis techniques comme celui du WE dernier, en passant par des conviviales, des journées test, des journées photos et vidéo, les journes coaching etc. Il en faut pour tous les gouts et c’est ça qui doit en faire la richesse.
      Pour revenir sur le défi-raid, il va de soit qu’il s’agissait là d’un évènement technique annoncé comme tel. Rien que dans le titre, on n’avait pas menti 😉 A cette époque et compte tenu des météos capricieuses , de toute façon, difficile de rassembler des amateurs loisir sur une date prévue à l’avance. Rendez vous au printemps pour des aventures plus accessibles !

  3. Bravo et merci à vous c’était un plaisir de vous shooter peut-être sur tout le parcours la prochaine fois gilles

Laisser un commentaire

Fermer le menu