Analyse du sondage

LES PARTICIPANTS AU SONDAGE

Le sondage a eu lieu auprès de 300 pratiquants, majoritairement français.

Les réponses proviennent très majoritairement de pratiquants Windsurf loisir, mais nous avons également 24% des réponses provenant de compétiteurs (dont quelques pro), et 11% d’acteurs professionnels du monde du Windsurf (marques, distributeurs et magasins). 

Ceci permet de représenter un assez large panel de public.

Dynamisme régional 

On constate le dynamisme des régions Bretagne et Sud, à la fois dans le Windsurf en général, et dans le développement du wind foil.

La 5eme place de la région Auvergne Rhône-Alpe, première région sans façade maritime du classement, témoigne de la révolution que le foil est en train d’apporter à la pratique du Windsurf. 

La plupart des pratiquants naviguent en mer, mais 35% des réponses proviennent de navigateurs en lac. 

Ceci marque une évolution fondamentale du paysage windsurf en France, et le Windfoil n’y est pas étranger car il dynamise de façon importante des spots intérieurs autrefois délaissés. C’est un véritable catalyseur de développement de la pratique.

Déjà beaucoup de passionnés

Le sondage a été très majoritairement complété par des pratiquants Windfoil, mais nous avons également 5% de réponses provenant de personnes qui n’ont jamais essayé le Windfoil. 

La répartition par ancienneté dans la pratique indique une forte proportion de pratiquants ayant plus de 3 ans de navigation. Le sondage a donc principalement concerné les passionnés.

Pratique de plus en plus exclusive

Dans cette phase de progression de la pratique du Windfoil en France, une grande majorité de pratiquants ont une double pratique à 50/50 entre foil et aileron, souvent en fonction des conditions.

Cependant, on constate que 40% des sondés sont passés à une pratique Winfoil à 90% ou plus. Cela conforte l’intérêt de poursuivre le développement de produits 100% dédiés à cette pratique, puisque dans ce cas, la polyvalence n’est plus nécessaire.

2 programmes principaux

En ce qui concerne les programmes de navigation, on a toujours une prédominance de la pratique freerace (balade rapide, slalom, majoritairement au travers, vitesse, GPS, tirage de bourre entre potes) mais le freeride (balade essentiellement, sans notion de vitesse ou de perf) prend de plus en plus d’importance, à la fois pour les débutants, mais aussi tous ceux qui assument ne pas privilégier la vitesse, mais plutôt le confort et la facilité.

Notre analyse : Les freerideurs désirent pouvoir transformer leur foil en modèle plus rapide. L’évolutivité est un paramètre essentiel

Des envies de facilité

Le windsurfer recherche de moins en moins des conditions de navigation hardcore. Avec les nouvelles pratiques, c’est la facilité offerte par un vent médium et un plan d’eau plat qui attire le plus. Grace au foil, les conditions de vent léger, autrefois délaissées en Windsurf, sortent désormais du lot avec plus de 30% des souhaits.

Notre analyse : Ceci va dans le même sens que la baisse des ventes sur les produits radicaux, et cela doit influencer l’orientation du développement produit et du marketing : les images de grosses vagues font de moins en moins rêver, et les pratiquants s’identifient de plus en plus à des images de navigation plus paisible. 

LE MATERIEL DES PRATIQUANTS

Le matériel dédié à déjà très largement fait sa place dans le marché du flotteur, et ceci va de pair avec la progression du niveau des pratiquants, et la tendance d’une pratique de plus en plus exclusive. 

Le marché de la voile dédiée est encore en retard. Ce décalage donne 3 indications :

  • les fabriquants sont en retard dans l’offre (vs celle des flotteurs)
  • il y a un déficit d’argument et de marketing pour convaincre de l’intérêt
  • le développement des gréements est plus complexe que celles des autres éléments

Notre analyse : Le domaine du gréement dédiée est celui où le potentiel de développement est le plus important !

Le groupe Starboard / Severne truste les podiums sur les 3 catégories, grâce à une certaine intelligence dans le développement des produits (ce n’est pas sur la distribution que le groupe brille ! … et si c’était le cas ils creuseraient encore plus l’écart).

Côté voiles, qui est le domaine le plus en progression, les majors se font coiffer au poteau par une toute petite structure. Ceci montre que l’agilité et la proximité du terrain sont une des clés pour pénétrer efficacement le marché.

En ce qui concerne les foils, on retrouve 6 marques françaises dans les 10 premières places, dont 4 produisent en France. Rien ne dit si cette production est rentable (passé la phase de lancement, il semblerait toutefois que certains s’en sortent honorablement avec des structures légères et efficaces), mais c’est le signe qu’un modèle alternatif à la production en grande série en Asie est aussi possible. 

La voile dédiée progresse

Les envies de renouvellement sont équitablement réparties entre foil, flotteur et voile … preuve que l’importance de la voile dédiée entre dans les esprits.

Péréniser l’investissement

L’évolution rapide du matériel de foil favorise l’équipement en matériel neuf, bien plus que dans le windsurf classique. Malgré la jeunesse du support, une majorité des pratiquants sont déjà au minimum à leur 2e foil. 

Il est intéressant d’analyser et d’expliquer la  différence foil / flotteur concernant l’achat de neuf :

  • Les foils ont profondément évolués en quelques années, rendant les produits précédents réellement dépassés, donc moins attractifs
  •  L’achat d’un flotteur neuf est plus souvent boudé car l’investissement est perçu comme moins rentable, en particulier à cause de sa fragilité
  • Le flotteur est perçu comme apportant moins que le foil sur le résultat en navigation

Notre analyse : Les marques doivent proposer une solution en série pour réellement limiter les risques de vieillissement prématuré des flotteurs !

Elles doivent également mieux marketer l’apport du flotteur dans les sensations de navigation.

Développer les ventes

Pour développer la pratique Windoil et favoriser la vente des produits, la première demande des pratiquants est de pourvoir tester du matériel. Cette demande est à rapprocher des priorités d’investissement marketing (cf. médias)

Les 2 demandes suivantes sont le signe du manque de service offert par les clubs (cf. Insitutionels)

PRODUCTION ET STRATEGIE DE DISTRIBUTION

Les éléments suivants sont à destination des marques et des distributeurs, qui pourront y voir les préférences exprimées par leurs clients. Ces questions sont ‘sur la table’ depuis des années, avec très peu de changement. Ces éléments récent inciteront peut être certains à amorcer un virage.

Rythme de sortie des nouveautés

On le dit depuis des années, mais ce résultat montre une fois de plus de façon criante : les consommateurs en ont assez des nouveautés qui n’en sont pas, et des changements cosmétiques qui ne font que dévaloriser la version précédente !
A une écrasante majorité, ils plébiscitent une méthode qui consiste à ne proposer un nouveau produit que lorsqu’il apporte une vraie évolution technique non discutable.

Qui dit « pas de nouveauté systématique sans raison » dit aussi « pas de millésime » (comme dans beaucoup de domaine comme la téléphonie, l’automobile et bien d’autres). Comme on l’a vu ci dessus, les pratiquants souhaitent moins d’hypocrisie quant aux nouveautés.

Les marques craignent une baisse des ventes, mais ce sondage montre qu’une grande majorité des consommateurs consomment en fonction de leurs besoins, sans lien avec les sorties de produit.

Et si des nouveautés doivent être, comme aujourd’hui, proposées annuellement, les consommateurs rejettent en bloc la présentation des nouveautés à la fin de l’été.

La meilleure période pour présenter d’éventuelles nouveautés annuelles apparait être la fin de l’année civile.

Plébiscite pour une production plus locale

La volonté d’une production plus proche de la France est de plus en plus assumée, à condition que la qualité du produit soit identique ou supérieure (on n’achète pas un produit local si il est moins attirant).

A plus de 80%, les acheteurs de produits neuf sont même prêts à payer plus cher un produit made in Europe ou Made in France.

Malgré cette envie d’acheter plus ‘corporate’, la qualité du produit (performances, qualité, solidité etc) prime sur son origine dans les critères d’achat.

Ceci explique pourquoi l’essentiel des achats (hors foil) restent aujourd’hui centré sur des produits de provenance asiatique, car le choix offert par les grandes marques (qui produisent pour la plupart en Asie) reste à la fois qualitatif et diversifié.

Le foil étant un produit où les productions françaises sont concurrentielles en terme de qualité et de performance, on voit que le choix des consommateur se tourne volontier vers les productions nationales.

Le production « On demand »

Parmi les modèles plus responsables, la production On-Demand est très adaptée aux produits en petite série.  Il permet moins de sur-production, et offre des possibilités de services supplémentaires (personnalisation par exemple).

Une écrasante majorité des consommateurs acceptent le délais et les surcouts éventuels de ce type de solution.

LE COMMERCE DE DETAIL

Même si le commerce de détail en magasin physique reste le choix principal des consommateurs, les alternatives en ligne prennent désormais une place importante.

Grace aux réseaux sociaux et aux moyens de communication modernes, l’achat entre particulier a fait un énorme bon en avant pour représenter environ 25% du marché général.

 

Notre analyse : Cette optimisation de la seconde vie des produits vient en concurrence directe avec la vente de produit neuf, et doit être intégré par les marques pour adapter leur volume de production. 

Les motivations d’achat entre le commerce en ligne et le commerce physique ne sont pas surprenantes. Même si cela est très convenu, on retrouve le fait que

  • L’achat en ligne est essentiellement motivé par le discount
  • L’achat en boutique est essentiellement motivé par le service et le conseil

LES MEDIAS

Ce qui influence les achats Windsurf

Les influences d’achat ont énormément évolué ces derniers temps. Il est donc pertinent de réviser les allocations de budget marketing.

De façon générale, ce sont les réseaux sociaux et les forums qui ont le plus d’influence sur les décisions d’achat des pratiquants.

Les magazines papier et en ligne, qui peinent à évoluer, intéressent désormais au total moins de 25% des acheteurs.

Lecteur ou acteur

En dépit d’un intérêt grandissant pour les réseaux sociaux, une grande majorité des lecteurs sont essentiellement passifs, et consomment du contenu sans y participer.

Les influanceurs Windfoil

Le windfoil est arrivé dans un monde où l’Internet avait déjà pris le pas sur les médias traditionnels. 

Grace à leur contenu très riche, ce sont les blogs Glissattitude et le forum Windsurfing 33 qui ont pris le pas sur les autres médias.

Là encore, les magazines papier et en ligne, pourtant animés par des professionnels,  n’ont pas réussi à proposer une formule attractive pour les lecteurs.

LES INSTITUTIONELS ET LEUR ROLE

LA FFV

Presque 50% des pratiquants qui ont répondu au sondage sont adhérents FFV, ce qui est largement supérieur à la pénétration dans la population générale du Windsurf. Ce montre que la pratique du Windfoil est rassembleuse et génère du partage. C’est une activité moins individualiste que le Windsurf traditionnel. 

Parmi les licenciés, 40% le sont car ils sont adhérents de club, et 50% car ils pratiquant la compétition. Les 10% restant adhèrent pour soutenir la voile.

Ceux qui n’adhèrent pas à la FFV n’y voit aucun apport, en dehors d’une taxe pour pratiquer la compétition. 

Notre analyse : LA FFV a un gros travail à fournir pour offrir des services attrayant à destination des non compétiteurs si elle désire capter de nouveaux adhérents.

Lorsque l’on demande ce qui pourrait attirer de nouveaux adhérents à la FFV, la défense des lieux de pratique et de leur accès arrive en tête.
Juste derrière, les pratiquants se montrent intéressés par une assurance pour leur matériel
C’est ensuite les services offerts par les clubs qui doivent être développés.

L’AFWF

L’association Française de Windfoil est jeune et encore méconnue.

Le potentiel de croissance est élevé car elle répond directement la volonté de partage entre pratiquants, en dehors de la compétition.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu